Startuppers : tous au musée !

par | Mar 3, 2016 | Innovation | 0 commentaires

Adrien Bensch, jeune designer produit, dessine avec excitation le schéma de son modèle économique. Il vient de co-créer avec des publics la première offre de prestation de sa future entreprise, Kikiq. A côté de lui, Julien Aguado Millan présente un ensemble mobilier, pliable et transportable facilement : il s’agit du « Shaker », un dispositif de mobilisation des jeunes autour d’un diagnostic territorial, qu’il vient de fabriquer pour l’association Osons Ici et Maintenant. Ces deux projets sont innovants, créatifs, et possèdent un très fort potentiel de développement. Ils ont pourtant été réalisés hors des incubateurs standards, sans levée de fonds spectaculaire ni business plan sur dix ans. Leur point commun ? Ils ont tous deux bénéficié d’une accélération lors de leur résidence au 127°, le tiers-lieu dédié au Do-It-Yourself et à la créativité de Cap Sciences, à Bordeaux. Grâce au dispositif des Résidences de l’Innovation, les deux porteurs de projets ont profité pendant un mois de sources d’inspiration ou de perturbation, ainsi que de ressources humaines et matérielles en vue de (re)définir leur modèle.

À la demande de Cap Sciences, je suis intervenu dans ce programme avec le défi suivant : le 127° doit pouvoir apporter plus qu’un Fab Lab usuel, grâce à l’environnement culturel, la mobilisation des publics et la démarche Living Lab. Aussi, au lieu de laisser les résidents se ruer vers les imprimantes 3D, j’ai mis en place trois sessions dédiées à la prise de recul et l’utilisation d’une approche culturelle dans un cadre de projet entrepreneurial. Si la première session a établi un diagnostic complet des projets et une bonne compréhension de l’environnement du 127°, la deuxième – à mi-parcours des résidences – a fait émerger les dynamiques propres à chaque projet, représentés sous la forme de cartographies géopolitiques, permettant de souligner les principaux échanges, les zones de conflit ou d’obstacles, ou encore les parties restant à explorer. La dernière session est venue clore les résidences par l’inévitable évaluation, effectuée ici de manière ludique en créant le scénario d’un « making-of » des résidences, ou de façon plus structurée, en proposant aux résidents et à l’équipe opérationnelle du 127° de prioriser les points forts et points faibles du programme.

 

En plus de ces jalons, j’ai accompagné les résidents dans leur démarche Living Lab : chaque résident était invité à créer tout ou partie de son offre avec les publics du 127°. Non seulement cette approche garantit une bonne adéquation entre service proposé et besoins des utilisateurs, mais elle ouvre de nouvelles pistes pour les entrepreneurs et vient bousculer les modèles économiques. Après une session de co-création Living Lab, Adrien Bensch, décide de créer deux services principaux : une initiation à la démarche créative et au design, ainsi qu’une offre de collaboration designer-client pour créer un produit correspondant exactement aux souhaits – mais aussi à la personnalité et à la créativité – du client lui-même. Surtout, il voit émerger son modèle économique global : le Graal qu’il cherchait depuis des mois. Il est enthousiaste : « Kikiq n’en serait jamais arrivé là sans les Résidences de l’Innovation ! ».

 

Richesse des échanges, environnement stimulant, les résidents ont tous souligné la singularité de ce programme, qui leur a proposé des méthodologies originales, des points de vue nouveaux et une ambiance de travail impossible à trouver dans les incubateurs et lieux de co-working estampillés « business ». Pour Cap Sciences,  ce fut aussi l’occasion de démontrer la pertinence des croisements entre innovation et monde culturel, et d’ébaucher de nouveaux modèles économiques hybrides. On peut lire à ce sujet l’article de Laurent Chicoineau Repenser le modèle économique du partage des CSTI. Les lieux de culture sont-ils la nouvelle Silicon Valley ?

 

Photo : Carole Urban

 

boiteauxlettres2

Gardez le contact

Recevez notre newsletter sur les interactions entre arts&sciences, innovation et société. Juste un email par mois, avec de vrais morceaux de nous dedans.

Bien reçu !